Ornithomancie

L’Ornithomancie (du grec ancien ορνις [ornis], « oiseau ») est une technique divinatoire fondée sur l’analyse et l’observation des oiseaux. Il s’agit sans conteste d’un des plus anciens modes de divination.

Ornithomancie, pratiquée dans l’antiquité

OrnithomancieL’ornithomancie était très commune dans le bassin méditerranéen durant l’antiquité : dans l’empire romain, en Grèce, mais encore en Perse (Iran) ou en Phénicie (actuel Liban). Certains auteurs mentionnent également des témoignages de cette pratique divinatoire dans l’Égypte ancienne. Pour ces peuples, les oiseaux véhiculaient les messages et les avertissements des Dieux et il était donc primordial d’y prêter attention. Chez les Romains, on qualifiait la pratique de l’ornithomancie de “lecture dans les auspices”, le terme auspice étant donc souvent employé en tant que synonyme.

Bien évidemment, cette pratique divinatoire est bien loin d’être circonscrite au monde européen ! De nombreuses traditions d’observation et d’analyse du comportement des oiseaux a été observée en Asie, en Océanie et aux Amériques.

Pratique de l’ornithomancie

L’observation des oiseaux repose, sur le fait qu’ils sont réputés plus proches du ciel et donc des dieux. Parallèlement, on attribue aux oiseaux une sensibilité exceptionnelle du magnétisme (terrestre et spatial). Ces deux raisons en ferait des vecteurs propices à la diffusion de messages.

Quand un oiseau de proie (type charognard ou un rapace) plane en altitude, les ailes déployés le présage s’annonce favorable. En revanche le vole en basse altitude d’un ces types d’oiseaux est bien défavorable… Autre exemple d’un oiseau de proie : si ce dernier tient sa victime entre ses griffes on envisage la réussite dans les initiatives (procréation, projet professionnel…).

Pour certaines races d’oiseaux, c’est leur chant qu’on étudie. Il s’agit donc de l’interprétation du cri de l’oiseau.

Si l’ornithomancie est un peu tombée en désuétude, elle a laissé certaines traces dans la sagesses populaire : ne dit-on pas que les hirondelles annoncent le printemps (et le beau temps !) ou que de voir un corbeau sur son toit est de mauvaise augure…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.