Abacomancie

Divination faite à partir de tablettes de référence appelées abaques, signifiant tables à poussières en grec. C’est une méthode très proche de l’amathomancie, du grec amathos « sable ».

AbaquesLe concept initial de l’amathomancie est la divination par l’interprétation de séquences dans du sable, de la terre, de la poussière ou même des cendres de personnes mortes récemment. L’abacomancie accompagne l’évolution de l’Homme et utilise une méthode plus « technique » avec les abaques qui sont des matrices de calcul.

Le terme « abaque » désigne initialement une table à calculer. On retrouve ce concept tout d’abord chez les égyptiens puis chez les romains qui utilisent les abaques aussi bien comme bouclier que comme table de calcul. L’abaque le plus fameux est la table de Pythagore. Plus tard, l’abaque évoluera et deviendra le boulier.

L’oracle astragalomantique d’Hercule à Boura était interprété avec des abaques, il s’agit d’une des plus vieilles forme d’abacomancie. De ce fait on peut considérer que l’astragalomancie, c’est à dire la divination par les osselets, est un autre ancêtre de l’abacomancie. Plus tard, l’abacomancie permettra la naissance de la numérologie, plus couramment pratiquée de nos jours.

Achilléomancie

L’Achilléomancie est une pratique divinatoire ancienne d’origine chinoise. Elle est aussi appelé Che Pou. Elle consiste à utiliser des herbes appelées Achillée millefeuille que l’on transforme en bâtonnets comme matériel de prémonitions.

Achillée millefeuille
Achillée millefeuille

Dans sa pratique, l’Achilléomancie se réfère à la Yi Jing ou Yi King, c’est-à dire selon les principes d’engendrement Yin et Yang.

Le consultant utilise donc une cinquantaine de tiges d’Achillée millefeuille de même longueur.

L’origine du nom de cette herbe c’est qu’Achille se servait de cette plante pour guérir ses plaies et celles de ses compagnons). Après le jeté des tiges, le consultant interprète donc les figures géométriques apparues.

Acutomancie

L’Acutomancie est une technique divinatoire fondée sur l’observation et l’interprétation d’un jeté d’aiguilles ou d’épingles. Le terme acutomancie est issue du latin acutus, « aigu, pointu », et du suffixe -mancie. Il s’agit d’une forme de voyance ayant été populaire en Europe au cours du 19ème siècle.

Si de petite épingles ou aiguilles sont les supports les plus communément utilisés, on peut également utiliser des aiguilles à tricoter voire des allumettes dans le cadre de cette pratique.

Pratiquer l’acutomancie

AcutomancieLa méthode la plus communément utilisée est le jet de treize épingles (ou aiguilles)  sur une surface plane et dégagée.

Leur dispersion permet de déterminer l’orientation de la prédiction. Par exemple : éparpillées, les aiguilles annoncent un heureux présage. En revanche, un regroupement trop serré n’est pas très heureux…

Les figures obtenues peuvent être sujettes à interprétation :

  • Une ligne verticale indique l’imminence d’une rencontre ou du moins, d’une interaction positive et de chance
  • L’esquisse de deux ligne parallèles préfigurent des bienfaits à venir (dans le jeu ou dans le travail), souvent signe de bienfaits matériels (argent)
  • La formation d’un lettre en « T » est un présage bénéfique, annonce d’un environnement de protection et de soutien
  • Une ligne interrompu en un ou plusieurs endroits annonce un déplacement long, un voyage
  • Les figures courbes préfigurent une étape important ; souvent un obstacle ou une difficulté à surmonter
  • En revanche la formation d’une figure en croix est un signe d’affrontement, de conflit, voire de mort…

Aigomancie

L’Aigomancie, du grec ancien αἴξ, aiks (« chèvre ») et mancie, ou Algomancie est une technique divinatoire par les chèvres.

Il semble que cette technique, autrefois très fréquente dans les campagnes de la Grèce antique, ne soit totalement oubliée et tombée en désuétude.

Aigomancie

Cette observation du comportement des caprins était une pratique des bergers de l’antiquité. Elle avait en premier lieu comme objet de se prémunir des attaques des meutes de loups afin de protéger le troupeau. Les bergers, en contact quasi constant avec leurs bêtes, auraient pu ainsi « codifier » d’une certaine manière, les comportements des chèvres et ainsi déterminer les dangers éventuels les environnant.

On peut postuler que l’étude d’une chèvre se faisait sur son bêlement ; son attitude lors du broutage ; sa marche, sa course ou ses sauts, ainsi que sur ses mouvements, de tête en particulier.

Aigomancie, une pratique sanglante ?

La pratique de l’aigomancie aurait été vraisemblablement accompagnée du sacrifice de l’animal… Il existe peu de documentation sur le sujet, toutefois, un consensus semble se dessiner sur le mode opératoire : on aspergeait d’eau les chèvres du troupeau (en privilégiant l’oreille) afin de déterminer l’animal choisi. Le comportement de l’animal, placidité ou excitation, aurait été le déterminant de son choix pour le sacrifice.

Alectromancie

L’Alectromancie ou Alectryomancie est la méthode de prédiction de l’avenir par l’observation du picorage d’un oiseau, généralement, un gallinacée (un coq ou une poule) et le plus souvent, à l’aide de grains (de blé ou de froment). Le terme est composé du grec ancien ἀλεκτρυών, aléktruon (« coq ») et du suffixe mancie (« divination »).

Alectromancie Cette divination était très pratiquée au Moyen âge en Europe, principalement afin de deviner le nom d’une personne (le coupable d’un crime, le nom du destinataire d’une lettre, d’un héritage…). Toutefois cette pratique est bien antérieure puisqu’on sait que l’alectromancie était pratiquée dans la Grèce antique.

L’Alectromancie en pratique

Le devin place sur les sol des grains qui forment des lettres. Il observe ensuite quelles lettres les oiseaux picorent. Si le résultat du picorage n’est pas franc, le devin interprétera les motifs dessinés par l’action du volatil sur les grains dispersés au hasard.

Le devin peut également placer en cercles 26 planchettes de bois au sol, chacune des planches correspondant à une lettre de l’alphabet.  Il faut placer un grain sur chaque planchette.  Au centre du cercle, on fixe un piquet auquel l’oiseau est attaché à l’aide d’un fil, d’une longueur suffisante pour atteindre chacune des 26 planchettes.

Pour chaque grain que l’oiseau picore, on relève la lettre et un grain doit être replacé. La séquence de lettres relevée doit former une un nom, voire un message, soit directement intelligible, soit à interpréter.

Allan Kardec

Allan Kardec, de son vrai nom Hippolyte Léon Denizard Rivail, est le fondateur de la philosophie spirite ou spiritisme.

Allan KardecNé le 3 octobre 1804 à Lyon Allan Kardec est mort le 31 mars 1869 à Paris. Kardec produit au cours de son existence, cinq livres considérés comme fondamentaux du spiritisme. Ces derniers sont constamment réédités jusqu’à nos jours. Il fonde également La Revue spirite, magazine encore publié aujourd’hui, dans plusieurs langues et à l’audience mondiale.

Allan Kardec a eu une influence importante en Amérique du Sud et en Amérique latine, et particulièrement au Brésil où il est encore de nos jours un des auteurs français les plus lu.

Le postulat de la doctrine spirite est : « Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse, telle est la Loi ».