Un dictionnaire de la voyance ?

Dico-voyance.com se veut être un dictionnaire de la voyance et de l'ésotérisme. L'ambition du site est de constituer un véribable glossaire de tous les termes en rapport avec la voyance, l'ésotérisme, le zodiaque et de nombreux phénomènes dits "paranormaux".
En perpétuelle construction, des termes sont ajoutés régulièrement au fil de nos mises à jour. Bonne lecture !

Jean-Baptiste Alliette le jeune, dit Etteilla

Jean-Baptiste Alliette le jeune, dit Etteilla (1738-1791), est un occultiste français, resté célèbre pour avoir popularisé une forme de cartomancie. On le qualifie souvent de fondateur de la divination par le Tarot, au côté d’Antoine Court de Gébelin.

Etteilla
On dispose de peu d’éléments biographiques sur Jean-Baptiste Alliette, mieux connu sous le pseudonyme d’Etteilla (anagramme de son nom de famille).  Perruquier, marchand grainier ou encore professeur d’algèbre ? On ne sait pas grand chose sur le personnage.

Etteilla, l’inventeur du Tarot ?

Toutefois, on sait que juste avant la révolution française, en 1788-1789, il fit imprimer sa propre version du Tarot, mélange du Tarot de Marseille et dont les influences à l’Égypte antique et pharaonique sont évidentes…

Outre son intérêt avéré pour la cartomancie, qu’il  désignait sous le nom de « cartonomancie », Etteilla se pencha ultérieurement dans sa vie vers l’alchimie tout en poursuivant ses travaux en rapport avec l’Égypte antique et plus particulièrement le livre de Thot.

Coïncidence

Une coïncidence est la rencontre de deux circonstances ou événements n’ayant apparemment pas de liens en eux. Le mot vient du latin cum- (« avec », « ensemble ») et incidere (verbe composé de « in » et « cadere » : « advenir », « se produire »).

On peut illustrer le concept de coïncidence dans son sens le plus courant avec l’exemple suivant :

– Une personne marche dans la rue, un pot de fleurs tombe du balcon : ce sont les deux circonstances ou événements,
– Le pot de fleurs tombe sur la tête de la personne marchant dans la rue,
– Les deux événements n’étaient pas destinés à ce croiser :  il n’y a pas en apparence de lien de causalité entre eux.

Si la probabilité d’une coïncidence est statistiquement inévitable, son caractère hasardeux est parfois discuté. En effet, certains y voient, bien au-delà du hasard, un signe manifeste du destin.

 On peut également mentionner le psychiatre Carl Gustav Jung, qui élabora une théorie intimement liée au concept de coïncidence : la synchronicité. Il s’agit pour Jung, de l’occurrence simultanée d’au moins deux événements qui ne présentent pas de lien de causalité, mais dont l’association prend un sens pour la personne qui les perçoit.

Aigomancie

L’Aigomancie, du grec ancien αἴξ, aiks (« chèvre ») et mancie, ou Algomancie est une technique divinatoire par les chèvres.

Il semble que cette technique, autrefois très fréquente dans les campagnes de la Grèce antique, ne soit totalement oubliée et tombée en désuétude.

Aigomancie

Cette observation du comportement des caprins était une pratique des bergers de l’antiquité. Elle avait en premier lieu comme objet de se prémunir des attaques des meutes de loups afin de protéger le troupeau. Les bergers, en contact quasi constant avec leurs bêtes, auraient pu ainsi « codifier » d’une certaine manière, les comportements des chèvres et ainsi déterminer les dangers éventuels les environnant.

On peut postuler que l’étude d’une chèvre se faisait sur son bêlement ; son attitude lors du broutage ; sa marche, sa course ou ses sauts, ainsi que sur ses mouvements, de tête en particulier.

Aigomancie, une pratique sanglante ?

La pratique de l’aigomancie aurait été vraisemblablement accompagnée du sacrifice de l’animal… Il existe peu de documentation sur le sujet, toutefois, un consensus semble se dessiner sur le mode opératoire : on aspergeait d’eau les chèvres du troupeau (en privilégiant l’oreille) afin de déterminer l’animal choisi. Le comportement de l’animal, placidité ou excitation, aurait été le déterminant de son choix pour le sacrifice.

Blépharomancie

La Blépharomancie est une technique de divination par l’observation du mouvement des paupières. Le terme provient du grec ancien βλέφαρον, blépharon (« paupière »). Cette technique est une des branches de la palmonancie ou palmonantique, soit la pratique divinatoire exercée via l’observation des mouvements instinctifs de l’être humain.

BlépharomancieLa blépharomancie se concentre sur l’interprétation des mouvements des paupières, mais aussi sur ceux des des cils.

Sont également observés  et interprétés les contractions, les tics, les clignements, les relâchements ainsi que les conséquences d’éventuels dysfonctionnements tels que lésions, irritation ou inflammations, etc.

Cette technique est une des branches de la palmonancie ou palmonantique, soit la pratique divinatoire exercée via l’observation des mouvements instinctifs de l’être humain.

Nous ne disposons pas d’informations plus avancées sur cette technique très ancienne.  Il semble donc que la blépharomancie n’est, à notre connaissance, plus du tout pratiquée.

Alectromancie

L’Alectromancie ou Alectryomancie est la méthode de prédiction de l’avenir par l’observation du picorage d’un oiseau, généralement, un gallinacée (un coq ou une poule) et le plus souvent, à l’aide de grains (de blé ou de froment). Le terme est composé du grec ancien ἀλεκτρυών, aléktruon (« coq ») et du suffixe mancie (« divination »).

Alectromancie Cette divination était très pratiquée au Moyen âge en Europe, principalement afin de deviner le nom d’une personne (le coupable d’un crime, le nom du destinataire d’une lettre, d’un héritage…). Toutefois cette pratique est bien antérieure puisqu’on sait que l’alectromancie était pratiquée dans la Grèce antique.

L’Alectromancie en pratique

Le devin place sur les sol des grains qui forment des lettres. Il observe ensuite quelles lettres les oiseaux picorent. Si le résultat du picorage n’est pas franc, le devin interprétera les motifs dessinés par l’action du volatil sur les grains dispersés au hasard.

Le devin peut également placer en cercles 26 planchettes de bois au sol, chacune des planches correspondant à une lettre de l’alphabet.  Il faut placer un grain sur chaque planchette.  Au centre du cercle, on fixe un piquet auquel l’oiseau est attaché à l’aide d’un fil, d’une longueur suffisante pour atteindre chacune des 26 planchettes.

Pour chaque grain que l’oiseau picore, on relève la lettre et un grain doit être replacé. La séquence de lettres relevée doit former une un nom, voire un message, soit directement intelligible, soit à interpréter.

Acutomancie

L’Acutomancie est une technique divinatoire fondée sur l’observation et l’interprétation d’un jeté d’aiguilles ou d’épingles. Le terme acutomancie est issue du latin acutus, « aigu, pointu », et du suffixe -mancie. Il s’agit d’une forme de voyance ayant été populaire en Europe au cours du 19ème siècle.

Si de petite épingles ou aiguilles sont les supports les plus communément utilisés, on peut également utiliser des aiguilles à tricoter voire des allumettes dans le cadre de cette pratique.

Pratiquer l’acutomancie

AcutomancieLa méthode la plus communément utilisée est le jet de treize épingles (ou aiguilles)  sur une surface plane et dégagée.

Leur dispersion permet de déterminer l’orientation de la prédiction. Par exemple : éparpillées, les aiguilles annoncent un heureux présage. En revanche, un regroupement trop serré n’est pas très heureux…

Les figures obtenues peuvent être sujettes à interprétation :

  • Une ligne verticale indique l’imminence d’une rencontre ou du moins, d’une interaction positive et de chance
  • L’esquisse de deux ligne parallèles préfigurent des bienfaits à venir (dans le jeu ou dans le travail), souvent signe de bienfaits matériels (argent)
  • La formation d’un lettre en « T » est un présage bénéfique, annonce d’un environnement de protection et de soutien
  • Une ligne interrompu en un ou plusieurs endroits annonce un déplacement long, un voyage
  • Les figures courbes préfigurent une étape important ; souvent un obstacle ou une difficulté à surmonter
  • En revanche la formation d’une figure en croix est un signe d’affrontement, de conflit, voire de mort…